vendredi 22 septembre, 2017

Manifeste : lettre à « mes amis enfants de la Première République»

Philibert Tsiranana

À l’occasion de la célébration du 56e anniversaire de la création de la République autonome de Madagascar (14 octobre 1958) – prélude à l’indépendance en 1960 – le « collectif des défenseurs de la 1ère République » publie le manifeste suivant qui a pour vocation de rappeler que l’histoire et la destinée d’un pays ne sont jamais le fruit du hasard, mais toujours la conséquence de l’engagement, de la conviction et de la clairvoyance de ses leaders.

Lettre à « mes amis enfants de la Première République»

Par le décret 2014-042 du 21 janvier 2014, le Gouvernement d’Union Nationale de Transition, dirigé par le Premier Ministre Jean Omer Beriziky – et dont les membres n’étaient cependant ni fils de sénateurs, ni fille de ministre, ni même pour la grande majorité, des descendants de hauts dignitaires de la Première République –, avait reconnu l’importance de l’Histoire en réhabilitant la date du 14 Octobre pour célébrer la République. Choix, rappelons-le, renouvelé quatre fois par les Malgaches depuis.

Quel ne fût mon étonnement lorsque j’appris qu’à l’issue du conseil de Gouvernement tenu au Palais d’État de Mahazoarivo, le mardi 07 octobre 2014 (auquel ont pourtant pris part des présumés enfants de la Première République) que la dite réhabilitation de cette date mémorable et historique dans la construction de la Nation a été délibérément balayée d’un revers de main sans ménagement par un bref communiqué de presse laconique. S’agit-il d’un règlement de compte, des ordres venant de plus haut, ou simplement un excès de zèle des flagorneurs de ce régime en mal de notoriété ?

– Ne serait-ce que pour la réconciliation nationale, tant affichée aujourd’hui hypocritement ;

– ne serait-ce que pour raviver la mémoire collective aujourd’hui bafouée par une décision malheureuse et irréfléchie ;

– ne serait-ce que par respect pour nos aînés qui ont tant lutté pour l’unité et la solidarité nationale ;

– ne serait-ce que par respect de la continuité de l’État, gage de bonne gouvernance ;

– ne serait-ce que par devoir envers notre histoire commune, fondement de notre Nation… Cette date ne mérite-t-elle pas d’être retenue et célébrée ?

Vous qui êtes si fiers d’exhiber que vous êtes des enfants de la République, celle qui a abouti à l’indépendance de notre pays, mais que cherchez – vous donc ?

– La malédiction de vos parents qui doivent bien se retourner aujourd’hui dans leurs tombes à cause d’une attitude servile qui ne les honore en rien ? Sinon trahir et vouloir à tout prix effacer un patrimoine commun par un simple communiqué en conseil de Gouvernement, qui ne peut en aucun cas, si l’on est dans un État de droit, annuler un décret pris en conseil des ministres devenu loi. Ou bien voulez-vous seulement démontrer une fois de plus votre poltronnerie coupable, en collaborant sans vergogne avec ce régime dont l’incompétence est de plus en plus manifeste ?

Peut-être voulez-vous appâter le peuple en lui faisant croire que vous faites encore quelque chose pour lui ?

Faut-il tomber si bas pour accepter l’inacceptable, aux fins de conserver vos postes dans un régime en perte de vitesse et qui excelle dans le pilotage à vue ? Hélas pour vous, personne n’est plus dupe de vos gesticulations hasardeuses, sinon inutiles et ostentatoires.

Malheur à ceux qui voudraient tenter de gommer l’histoire dont le cours se fera sans eux, car ce peuple tant éprouvé et qui voudrait tout simplement se retrouver dans l’espérance d’un avenir meilleur pour un développement partagé et équitable vous laissera un jour sur le côté et vous méprisera.

Rappelez – vous mes amis que le 14 octobre n’est pas la fête d’un seul homme et encore moins celle d’un parti, à savoir le Parti Social Démocrate (PSD), c’est celle de la République !!! Et la République n’appartient pas seulement à l’illustre Feu le Président Philibert Tsiranana. Elle est l’HERITAGE de tous les Malgaches !

Amicalement,

Collectif des défenseurs de la 1ère République

A propos de l'auteur

Parfois freelance, souvent autodidacte, résolument indépendant, je suis passionné par les relations humaines, la politique et les nouvelles technologies que je conçois comme un outil et un vecteur d'émancipation.

A voir également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez répondre à la question * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.